OÙ NOUS RAPPORTONS


Traduire page avec Google

Journalist Resource November 13, 2020

Identifier et couvrir les sujets environnementaux peu traités au niveau du Bassin du Congo

Auteur:
SECTIONS
Ce webinaire, qui a eu lieu le 24 juillet 2020, a réuni des journalistes expérimentés qui ont partagé leurs réflexions sur l'état du journalisme environnemental dans le bassin du Congo et ont proposé des astuces pour identifier des sujets sur le changement climatique, les forêts et d'autres sujets susceptibles de toucher le public.
Ce webinaire, qui a eu lieu le 24 juillet 2020, a réuni des journalistes expérimentés qui ont partagé leurs réflexions sur l'état du journalisme environnemental dans le bassin du Congo et ont proposé des astuces pour identifier des sujets sur le changement climatique, les forêts et d'autres sujets susceptibles de toucher le public.
 

Le Rainforest Journalism Fund - Bassin du Congo et le Centre Pulitzer ont organisé une série de webinaires gratuits pour les journalistes qui font des reportages au niveau du grand Bassin du Congo. Ce webinaire, qui a eu lieu le 24 juillet 2020, a réuni des journalistes expérimentés qui ont partagé leurs réflexions sur l'état du journalisme environnemental dans le bassin du Congo et ont proposé des astuces pour identifier des sujets sur le changement climatique, les forêts et d'autres sujets susceptibles de toucher le public.

Augustine Kasambule, la Coordinatrice Régionale du Rainforest Journalism Fund pour le Bassin du Congo, a introduit le webinaire en rappelant la mission du RJF et les éléments constitutifs d’une proposition susceptible d’être subventionnée. 

“Nous accordons des subventions à tous les journalistes, que vous soyez indépendants ou salariés, que vous travailliez à temps plein ou à temps partiel,” a dit Kasambule. “La condition c’est que vous puissiez réaliser vos reportages et les publier au niveau des médias locaux, provinciaux, nationaux, ou régionaux, localisés au niveau du bassin du Congo ou de l’Afrique en général.”

Le RJF Congo Basin reçoit les demandes de subvention en anglais ou en français, mais les reportages peuvent être produits et publiés dans n’importe quelle langue. 

Le Comité Consultatif est, quant à lui, composé de journalistes spécialisés sur les questions relatives aux forêts tropicales humides. Ils évaluent et statuent sur les propositions de reportages soumises par les journalistes en vue de leur subvention.

Les critères de sélection de propositions se basent, notamment, sur l’importance du projet, la pertinence du sujet par rapport à la mission et aux objectifs du RJF, la faisabilité, l’adéquation du budget, et l’importance du plan de distribution. 

Il sied de signaler que le budget accepté pour les projets locaux/régionaux se situe entre 2500 et 7500 $ USD mais peut être inférieur ou supérieur. 

Pour toute question concernant la demande de subvention pour le Bassin du Congo, veuillez envoyer un courriel à congobasin.rjf@pulitzercenter.org.

Présentation d'Augustine Kasambule - PDF

La place du journalisme environnemental

Jean David Mihamle, journaliste senior chez Africanews TV, a parlé de la place accordée à l'environnement dans les médias, et il a proposé quelques pistes de solutions pour essayer de renverser la tendance de la marginalisation du journalisme environnemental.

Mihamle a indiqué que, l’environnement occupe une place marginale dans les médias du bassin du Congo, et que les rares journalistes qui s’y intéressent ne sont pas traités assez sérieusement, comparés à leurs collègues traitant des questions politiques, par exemple. Pour Mihamle, tout le défi pour le journaliste environnemental est de montrer l’importance des questions écologiques.

“Le défi pour les journalistes traitant des questions environnementales est de montrer que l'environnement est une question vitale, une question de vie ou de mort” a martelé Mihamle.

La destruction anarchique de la forêt, la destruction des habitats de la faune sauvage ainsi que l’émergence de nouvelles maladies sont tous des thèmes décisifs au Bassin du Congo, que Mihamle a cité comme exemples et qui démontrent la corrélation entre l’homme et la nature . Il a encouragé les journalistes du Bassin du Congo à saisir l’opportunité offerte par les fonds destinés à soutenir des reportages exclusifs dans l’environnement, comme le Rainforest Journalism Fund.

“Les journalistes spécialisés en science et en environnement ont un rôle majeur à jouer,” a poursuivi Mihamle. “On ne peut toujours pas se réfugier derrière l’excuse du manque des moyens. Il revient aux journalistes qui s’occupent de l’environnement, des questions scientifiques dans le bassin du Congo d’imposer leur agenda.”

Présentation de Jean David Mihamle - PDF

Identifier des sujets pertinents

David Akana a rendu la présentation de Adrienne Engono Moussang, la chef de rubrique de Santé-Environnement au journal quotidien Mutations, dont le sujet a été: comment identifier des sujets pertinents, peu reportés et à impact réel sur le changement climatique et le secteur forestier du Bassin du Congo.

“Pour les journalistes, il faut pouvoir proposer un sujet intéressant et vendable,” a dit Akanat. “Ça veut dire un sujet intéressant et pertinent.”

La présentation préparée par Moussang a montré qu’il n’existe pas une “formule magique” à conseiller aux journalistes, mais qu’il y a des pistes qui peuvent aider.

Elle a conseillé les journalistes à s’inspirer de conférences de presse, décrets présidentiels, conventions sur les climats, accords climatiques pour créer des reportages dans le secteur environnemental. Elle a aussi appelé les journalistes à s’inspirer d’une diversité de sources, comme par exemple les reportages des autres publications aux sujets climatiques, qui peuvent être traités avec de nouveaux angles. Finalement, elle leur a recommandé de faire de la recherche documentaire sur l’internet, d’utiliser les réseaux sociaux, les pétitions et de s’informer auprès des organisations de conservations régionales et, pour découvrir plus d’idées de reportage.

“La qualité de l’article se définit par le bon choix de sujet, la bonne définition de l’angle et la bonne collecte de l’information,” a conclu Akana en citant Moussang. “L’imagination et la créativité du journaliste sont extrêmement nécessaires pour déceler les angles moins abordés mais intéressants.”

Presentation d'Adrienne Engono Moussang - PDF

Les reportages destinés à un public en dehors du Bassin du Congo

Ricci Shryock, journaliste et photographe indépendante, a expliqué que la distinction essentielle pour un journalisme produisant le reportage destiné à un public vivant en dehors du Bassin du Congo, c’est la nécessité d’inclure le contexte et l'histoire de la région, car il a des informations qui peuvent être évidentes pour un public local, mais qui ne le sont pas assez pour un public du dehors.

Elle a conseillé les journalistes à collaborer avec d'autres pour améliorer la qualité de leurs reportages. Selon Shryock, la collaboration d'idées, d'approches et d'expériences peut enrichir les efforts journalistiques. La combinaison des ressources de manière équitable et juste peut conduire à une plus large couverture, comme par exemple dans plusieurs langues, plateformes dans plusieurs pays.

Elle a terminé sa présentation par un appel aux journalistes pour qu'ils recherchent des histoires n'importe où et partout.

“Pour trouver les reportages, il faut faire les reportages,” Shryock a dit. “C’est ça le meilleur conseil dans mon avis, que je peux donner, c’est, quand vous êtes dans les reportages, vous parlez avec les gens, vous trouvez d’autres idées. Il ne faut pas juste se limiter à parler avec les gens qui font partie de votre entourage, mais, il faut ouvrir vos horizons, échanger avec les gens, de leur vie quotidienne, de leurs problèmes, de leurs défis, vous pouvez trouver d’autres sujets de reportages.”

Présentation de Ricci Shryock - PDF


Ce webinaire, qui a eu lieu le 24 juillet 2020, a réuni des journalistes expérimentés qui ont partagé leurs réflexions sur l'état du journalisme environnemental dans le bassin du Congo et ont proposé des astuces pour identifier des sujets sur le changement climatique, les forêts et d'autres sujets susceptibles de toucher le public.